Art préhistorique : les empreintes de l’artiste sont féminines !

On sait avec certitude que les premières civilisations organisées de la préhistoire étaient de type matriarcal et qu’elles vénéraient des divinités féminines. L’étymologie latine du terme “femme” dérive du latin tardif domina, la racine dom- indiquant la maison et caractérisant ainsi la femme comme la “dame/maîtresse de la maison”, un rôle très important mais qui a été presque répudié au nom d’on ne sait quelle idée déformée du bon progrès.

Les peuples de la préhistoire avaient pour tradition de laisser des empreintes de mains et de pieds sur les parois des grottes, souvent réalisées en colorant en négatif les zones entourant la zone à imprimer. C’est ce qu’on appelle l’art préhistorique ou l’art rupestre.

Un chercheur de l’université d’État de Pennsylvanie peut désormais déterminer le sexe des personnes qui ont laissé leurs empreintes sur la roche, et la belle découverte est que la plupart d’entre elles étaient des femmes.

Comme les grottes présentent souvent des scènes de chasse typiquement masculines, on a pensé que les mains des hommes étaient accompagnées des empreintes plus petites de jeunes et d’adolescents.

Dean Snow, professeur émérite d’anthropologie, s’est intéressé aux travaux de John Manning, un biologiste britannique qui, il y a une dizaine d’années, a tenté d’utiliser la relation entre les différentes mesures de la main pour déterminer non seulement le sexe, mais aussi d’autres éléments tels que la préférence sexuelle et l’exposition au risque de maladie cardiaque. M. Snow s’est demandé si ce type de mesure pourrait être utile pour identifier les auteurs des empreintes laissées dans les grottes de France et d’Espagne.

Snow avait toujours été convaincu que ces petites mains étaient féminines, et en regardant de plus près les photographies, il s’est rendu compte que les deux tiers des traces pouvaient l’être.

Malheureusement, bon nombre des photographes qui ont documenté l’intérieur des grottes n’ont pas indiqué les mesures de leurs mains, ce qui rend difficile la détermination du sexe de l’artiste. Snow a ensuite visité certaines des grottes avec l’intention de prendre des mesures. Il a également recueilli des photographies et des mesures de personnes contemporaines d’ascendance européenne et méditerranéenne et a publié ses conclusions dans la revue American Antiquity.

Les dernières techniques de mesure ont été utilisées pour différencier les hommes et les femmes. En mesurant d’abord la taille générale de la main à l’aide de cinq indicateurs, il n’était pas encore possible de distinguer les adolescents des femmes.

Puis en mesurant le rapport entre l’index et l’annulaire et entre l’index et l’auriculaire, il a été possible d’arriver à une certitude : dans les grottes préhistoriques, la quantité d’empreintes montre que les femmes préhistoriques étaient les créatrices de la plupart de l’art pictural ou rupestre.

Comme dans d’autres cas, la science appliquée au passé sans crainte et avec une vision grand angle des problèmes permet d’atteindre de petites vérités qui, comme dans ce cas, on aident à regarder le passé avec le sourire pour une fois.