La signification des décorations et des couleurs dans les enveloppes japonaises

Au Japon, il existe une tradition concernant les enveloppes : les Japonais ont l’habitude d’envoyer des enveloppes à leurs parents et amis en différentes occasions, à chacune desquelles l’enveloppe est fabriquée d’une manière différente. Découvrons les différents types et leur signification.

À quoi servent les enveloppes japonaises ?

La tradition des enveloppes couvre des événements tels que les anniversaires, les mariages, les vœux de mariage, les remises de diplômes, les vœux du Nouvel An, les naissances et les funérailles. Ces “enveloppes cadeaux” sont utilisées pour donner de l’argent à la personne fêtée, aux mariés, à la famille du futur bébé ou du défunt. Bien que cela puisse sembler étrange aux Occidentaux, au Japon, offrir de l’argent en cadeau est une coutume courante appelée noshi bukuro, un terme qui désigne également les enveloppes elles-mêmes ; plus précisément, celles destinées aux mariages sont appelées shugi bukuro, tandis que celles destinées aux naissances ou aux anniversaires sont appelées otoshidama bukuro.

Aujourd’hui, dans la réalité, ces enveloppes sont également utilisées pour envoyer des invitations à des mariages ou pour offrir d’autres choses en cadeau, comme des billets pour des événements ou des coupons de toutes sortes.

À quoi ressemblent les enveloppes japonaises ?

Les enveloppes utilisées dans le noshi bukuro ont une forme particulière : chaque enveloppe, en effet, contient une petite pochette en papier où l’argent est inséré. À l’intérieur se trouve également une carte où sont inscrits le message et le nom du destinataire, tandis qu’à l’extérieur, l’enveloppe est agrémentée de décorations de différentes sortes et couleurs, en fonction de l’occasion.

Ces décorations ont évolué au fil du temps : à l’origine, pour les vœux, il était coutume d’attacher à l’enveloppe un morceau d’ormeau séché, un crustacé typique du Soleil Levant, pour indiquer un événement pour lequel l’abstinence de viande n’était pas requise, comme le veut la tradition bouddhiste pour les funérailles. Aujourd’hui, ce symbole n’est plus utilisé, ou tout au plus il est imprimé sur l’enveloppe. La fermeture varie en fonction de l’occasion : pour les funérailles, le papier est plié verticalement et non horizontalement, le côté inférieur recouvrant le côté supérieur, pour les mariages, en revanche, c’est le contraire qui se produit, l’enveloppe est pliée horizontalement, le côté supérieur se refermant sur le côté inférieur. Même les billets de banque sont insérés d’une manière spécifique : pour les cadeaux de mariage, ils doivent être neufs et placés face vers le haut ; pour le deuil, en revanche, ils doivent être vieux et froissés et placés face vers le bas.

Ces enveloppes peuvent être ornées de motifs imprimés ou de décorations diverses, comme des origamis de formes variées appliqués au dos ou des rubans colorés, de manière à devenir de véritables petites œuvres d’art, souvent achetées par les touristes en souvenir de leur voyage au Japon. Ce qui les caractérise et les distingue de tout autre type d’enveloppe, ce sont les rubans utilisés pour les envelopper et les fermer.

Les couleurs des enveloppes japonaises

Dans la tradition japonaise, chaque couleur est liée à une signification précise. Choisir une couleur inappropriée pour l’occasion peut donc signifier faire mauvaise impression ; en réalité, l’essentiel est de savoir reconnaître les couleurs utilisées pour les enveloppes funéraires : noir, argent et blanc. Les deux rubans utilisés pour fermer les enveloppes à ces occasions sont un noir et un blanc, ou, plus rarement, un seul est utilisé, soit noir, soit blanc ; si l’on utilise de l’argent, cependant, les deux rubans doivent être argentés.

Le blanc, en revanche, est associé au rouge ou à l’or dans le cas des anniversaires et des festivités : ensemble, ils indiquent la joie et le bonheur et sont donc utilisés pour souhaiter bonheur et prospérité, notamment dans le cas des mariages et des anniversaires.

Décorations dans des enveloppes japonaises

Cette ancienne tradition établit une autre distinction en fonction des événements qui ne se produisent qu’une fois dans une vie et de ceux qui, au contraire, se répètent plusieurs fois. Cette particularité est exprimée par le nœud qui ferme les rubans dans la partie supérieure de l’enveloppe : pour les mariages et les enterrements, on utilise le nœud musubikiri, qui signifie “attacher indissolublement”, un nœud qui ne peut donc pas être défait et qui indique le caractère unique de cet événement. Ce nœud est également utilisé dans les cartes utilisées pour souhaiter un prompt rétablissement aux personnes malades ou en convalescence, mais il est réalisé avec des rubans blancs et rouges pour souhaiter que la maladie ne revienne pas.

Pour toutes les occasions festives, on utilise à la place le nœud chōmusumi, également appelé ” nœud papillon “, un type qui peut être dénoué et qui indique donc la possibilité que ces heureux événements se reproduisent au cours d’une vie.

Se tromper dans le choix du nœud est comme se tromper dans le choix des couleurs, si ce n’est pire : si l’on choisit une enveloppe avec un nœud papillon pour un enterrement ou un mariage, par exemple, cela reviendrait à indiquer une récurrence de la mort dans la famille du défunt dans le premier cas et que le mariage ne durera pas longtemps dans le second. De même, si une carte d’anniversaire est fermée par un nœud qui ne peut être défait, cela revient à indiquer que pour le destinataire, cet anniversaire sera le dernier. Si vous faites une erreur avec l’enveloppe, vous pouvez certainement vous excuser, mais cette erreur restera un mauvais présage pour les Japonais.